L’OBLIGATION D‘UNE SANTÉ EGALITAIRE

ATTENTIION SANTÉ :  Des corrections rapides sont ici à  apporter.

En effet , pour réflexion aussi sur LE BIEN-ÊTRE de TOUTRS  et  TOUS, je vous informe infra d’une publication  de SOLIDARIS – Mutualité socialiste (voir infra  > la Meuse)

En fait, il y a encore du travail sur la planche notamment dans ce domaine …. de la santé égalitaire.

HUYGEN Henri – Echevin Ansois de la Santé.

——————————————-

Publication de la Meuse – 6 juin 2018

Solidaris publie une étude qui le démontre : les inégalités sociales peuvent nuire gravement à votre santé. Les résultats sont même détonants…

« Dis-moi ton niveau de revenus, et je te dirai ton état de santé ».

Cela pourrait être un bon résumé de l’étude de Solidaris, dont Sudpresse a pu prendre connaissance. Elle s’inscrit dans le cadre des Assises que la mutualité socialiste tiendra ces vendredi 8 et samedi 9 juin. Deux journées qu’elle a décidé de placer cette année sous le thème des inégalités sociales et de leur impact sur l’état de santé des citoyens.

Le niveau social des Belges influence-t-il leur taux de mortalité avant 65 ans ? Leur risque de handicap ? Leur prédisposition au diabète ? Leur risque de développer un cancer ? Celui de tomber enceinte chez les adolescentes ? La fréquence et la durée de leur séjour à l’hôpital ?…

Affiliés

Les résultats de cette vaste étude sont détonants, à plus d’un titre. Ils sont aussi interpellants sur les conséquences concrètes, au quotidien, d’un niveau de vie moins élevé que la moyenne.

Pour réaliser cette enquête, Solidaris s’est plongé dans les données – anonymisées, bien entendu – de ses affiliés. Elle les a réparties afin de correspondre aux statistiques fiscales de la population disponibles au SPF Économie. Mais elle ne s’est pas contentée de diviser la population entre riches et pauvres. Elle a créé huit sous-groupes de revenus, correspondant aux moyennes nationales.

Premier enseignement : il y a bien une corrélation entre niveau social et état de santé général, qu’il s’agisse de la santé physique (le diabète, les maladies cardio-vasculaires, etc.) ou psychique (la dépression, etc.).

Deuxième enseignement : « Les inégalités sociales ne se résument pas à un clivage entre les plus pauvres et les plus riches » , atteste Solidaris. « Elles se marquent tout au long de l’échelle sociale » . Traduisez : elles sont graduelles au niveau de revenus.

Hausse des inégalités

Autre constat : de grands progrès ont été réalisés en matière de soins de santé, ces dernières années. Mais malgré cela, on n’assiste pas à une baisse des inégalités, c’est même tout l’inverse.

Mais pour la mutualité socialiste, « ces inégalités de santé sont le fruit d’une construction sociale et sont, par conséquent, évitables » . Raison pour laquelle elle en a fait le thème central de ses assises 2018 : dresser les constats, d’abord, mais ensuite réfléchir à un plan d’action pour combattre ces inégalités. Solidaris estime en effet qu’elles représentent « un enjeu central de santé publique en Belgique »

Les principaux constats en la matière que nous allons développer correspondent aux tendances observées dans la littérature scientifique. Mais elles prennent, ici, une tournure très concrète : celle de l’état de santé des gens qui nous entourent.

Christian Carpentier

———————————————

Qu’on se le dise

Huygen Henri

Echevin Ansois de la Santé

Laisser un commentaire